Artisanat pour tous

INDEXCONVERSIONSAIDEABREVIATIONSEMAIL

Mobiles

Historique:

La plupart des gens connaissent les mobiles pour bébés. Moins les connaissent comme accessoire de décoration intérieure. Et encore moins les connaissent comme une forme d'art. Que sont les mobiles? Qui les a inventés? Pour commencer, les mobiles sont un type de sculpture suspendue basée sur l'équilibre et caractérisée par la capacité de se déplacer.



Les mobiles existent sous forme de carillons éoliens depuis des milliers d'années. Les gens en Grèce, à Rome et en Asie les ont fabriqués avec du bronze ou du verre, souvent avec des cloches attachées, et les ont suspendus à l'extérieur pour la bonne chance ou pour éloigner les mauvais esprits. En Finlande, les gens ont fait (et font encore) des sculptures traditionnelles suspendues en paille appelées himmélis, du mot germanique «himmeli» signifiant «ciel» ou «ciel». Habituellement en forme de pyramide, ils étaient traditionnellement placés au-dessus de la table à manger pour assurer une bonne récolte pour l'année à venir.



Cependant, les mobiles en tant que forme d'art n'ont vraiment commencé à exister qu'au début du XXe siècle, lorsque les artistes russes et les premiers sculpteurs cinétiques Aleksander Rodchenko, Naum Gabo et Vladimir Tatlin ont commencé à l'expérimenter.

À la fin des années 1920, Bruno Munari, un artiste, designer et inventeur italien, a commencé à créer ce qu'il appelait des "machines inutiles", des oeuvres d'art pouvant interagir avec leur environnement. Un certain nombre d'entre eux ressemblent à ce qui allait devenir des mobiles d'art moderne.

Chaque mobile se compose de deux parties bien distinctes :

  • les éléments de suspension, qui sont reliés l'un à l'autre dans leurs centres de gravité ;
  • les pendeloques (objets suspendus) qu'on attache aux éléments de suspension.

Les matériaux pour les éléments de suspension

Un mobile n'est jamais lourd. Les éléments de suspension, qui doivent cependant avoir une certaine rigidité, seront confectionnés à l'aide de matériaux légers.

On emploiera souvent le fil métallique (acier) de 0,5 à 1 mm de diamètre. Vous pourrez également utiliser la moelle de rotin, de minces bâtonnets de bois, des chalumeaux de paille, sans oublier toutefois que ces derniers serviront également à la fabrication de pendeloques. Si vous construisez les éléments de suspension avec du fil métallique, il est préférable de l'acheter en morceaux droits et non en rouleau.

Pour suspendre le mobile, pour en relier les éléments l'un à l'autre et pour attacher les pendeloques, on pourra utiliser n'importe quel fil à coudre. Pour des mobiles particulièrement légers, ce sera du fil de soie, alors que le fil retors conviendra mieux aux mobiles relativement lourds.



La construction:

Avant de commencer à construire les éléments de suspension, on aura fabriqué les pendeloques et on les aura munies de leurs fils d'attache. Il n'est nullement indispensable que ceux-ci soient de la même longueur. Les pendeloques sont les parties vivantes des mobiles; ce sont elles qui pivotent et leur confèrent la grâce infinie. Ie charme particulier et l'effet apaisant que produit sur le spectateur leur perpétuel mouvement.

Les éléments de suspension seront toujours construits de bas en haut. Commencer par l'élément le plus bas est la règle d'or du constructeur de mobiles. Pour les éléments du bas, vous utiliserez en général des matériaux très légers, car ils n'auront que très peu de poids à porter. Mais pour les éléments supérieurs, le matériau employé sera de plus en plus résistant, de façon à pouvoir supporter sans se courber une charge de plus en plus lourde. L'élément du haut, qui supporte le poids de toute la construction sera donc le plus fort et aussi le plus long.

On place donc les deux pendeloques prévues pour l'élément de suspension du bas l'une à côté de l'autre, sans qu'elles se touchent. Si le mobile doit comporter des pendeloques de dimensions différentes, celles du bas seront en général les plus petites.

En posant les deux pendeloques l'une à côté de l'autre, il faut veiller à ce que la distance les séparant soit telle qu'elles ne risquent pas de se toucher plus tard en tournoyant. Cette précaution prise, la mesure minimum exigée pour la longueur de l'élément sera donnée par l'écartement entre les fils de suspension des pendeloques. On coupera donc le matériau choisi pour l'élément de suspension à la mesure voulue. Les pendeloques seront nouées par leurs fils de suspension aux extrémités de l'élément et un peu de colle aux points d'attache empêchera tout glissement.



Il s'agit maintenant de déterminer le centre de gravité. A cet effet, on attache un morceau de fil à peu près au milieu de l'élément. On prend l'extrémité du fil dans une main et on tient l'élément avec les pendeloques devant soi. De l'autre main, on fait glisser le fil sur l'élément vers la droite ou vers la gauche jusqu'à ce qu'on trouve le centre de gravité, c'est-à-dire le point où l'élément, avec ses pendeloques. trouve son équllibre (Fig. 1).



Il faut alors fixer aussitôt le fil d'attache par un point de colle.

Passons à présent à la construction de l'élément suivant. Il sera plus long que le premier et sa longueur devra être suffisante pour que plus tard, en tournant, les pendeloques ne risquent pas de se heurter. On fixe le bout libre du fil d'attache du premier élément fabriqué à une extrémité du nouveau. Remarquez bien que la longueur des fils d'attache dépend à la fois de la dimension des pendeloques et de la hauteur de la pièce où l'on placera le mobile une fois terminé.



La pendeloque, plus grande que les précédentes, sera fixée à l'extrémité libre du nouvel élément qui, à son tour, sera muni d'un fil d'attache en son centre de gravité. Si le centre de gravité du premier élément a été trouvé presqu'au milieu, il sera maintenant déplacé vers la droite ou vers la gauche, c'est-à-dire qu'il se trouvera près du fil d'attache (Fig. 2).



Tous les autres éléments seront construits de la même manière, avec une pendeloque suspendue à l'extrémité libre (Fig. 3).



Les mobiles sont souvent suspendus au plafond. Le processus de suspension peut varier un peu selon l'endroit où vous avez l'intention de suspendre le mobile. Utilisez la taille et le poids du mobile pour choisir un bon endroit où il peut être suspendu à la bonne hauteur et tourner librement. Ensuite, vissez un crochet directement dans une poutre de support au plafond pour une stabilité maximale. Si vous prévoyez d'accrocher un mobile sur une cloison sèche ou du plâtre nu, procurez-vous un ancrage ou un boulon à bascule. Fixez le mobile en place, puis regardez-le tourner.

Il est possible d'introduire des variantes à cette conception classique de la construction des mobiles; les dessins ci-dessous en montrent quelques exemples.





Éléments et pendeloques:

Le constructeur aura tôt fait de se rendre compte que les plus beaux mobiles sont ceux construits de façon large et ample, la bonne proportion entre leur hauteur et leur largeur produisant un heureux effet d'équilibre harmonieux. Un mobile long, mais étroit est bien moins plaisant à l'oeil.

Il a été dit au début de cette introduction technique que les éléments n'interviennent qu'accessoirement dans l'aspect de l'ensemble. Quel que soit le matériau employé pour leur fabrication, ils doivent être conçus et réalisés de telle manière qu'ils ne puissent pas constituer des parties dominantes de l'ensemble. Des éléments trop importants enleveraient aux pendeloques leur effet de grâce et de légèreté. Car tout le charme du mobile résulte des pendeloques qui y sont suspendues et dont il faut maintenant entreprendre la fabrication.

Et cette fabrication vous permettra d'utiliser les matériaux les plus divers, de créer des formes d'après la nature ou selon votre fantaisie, d'employer des techniques éprouvées en d'autres domaines et, surtout, de jouer et de vous divertir.

Le mobile, si sensible au moindre déplacement d'air qu'il ne reste jamais en place, est une source intarissable d'émerveillement et d'apaisement de l'esprit par l'harmonie de son mouvement et de son équilibre. Les possibilités pour construire des pendeloques sont quasi illimitées.

Pour votre premier mobile, les pendeloques seront simples et faciles à construire, vous vous contenterez probablement de copier fidèlement le modèle que vous aurez sous les yeux. Mais très vite, vous serez tenté d'y apporter des variations et, enfin, les idées jailliront: vous inventerez d'autres formes, d'autres techniques de montage; en un mot, vous ferez oeuvre de création personnelle. C'est là l'une des grandes valeurs éducatives de la construction de mobiles; il n'y a en effet aucune limite à la réalisation des idées que le travail du moment vous aura inspirées.



Modèles proposés:

Les anneaux pivotants:

Quatre anneaux, de teintes et de dimensions diverses et découpés dans du carton fort, composent, avec une balle de ping-pong, cette pende1oque extrêmement animée et mobile.



L'anneau extérieur est beaucoup plus grand que les autres; sa largeur est de 1 cm environ. Les trois autres anneaux ont une largeur d'un demi-centimètre et la distance séparant chaque anneau est d'un centimètre environ. En règle générale, dans ce genre de construction, la distance entre les anneaux devra toujours être le double de leur largeur.

Le fil de suspension, préalablement fixé à la balle de ping-pong, est ensuite enroulé autour de chaque anneau qu'il maintient ainsi à la distance voulue de l'anneau suivant.



Les acrobates:

Chacune des figurines en papier métallisé se compose de trois parties qui sont reliées ensemble à l'aide de fil très mince. Les trois parties formant une même figurine pourront être de couleur différente.



Comme les formes complètes sont composées de trois parties séparées, il est également possible d'en créer plus avec les mêmes élements en agençant les bras d'un acrobate avec les jambes de l'autre.

Les acrobates peuvent également être découpés dans du papier de couleur, du film transparent coloré (comme les protections de documents), ou tout autre matériau léger.





web
analytics