Artisanat pour tous

INDEXCONVERSIONSAIDEABREVIATIONSEMAIL

Métier à tisser

Piquage en ros

Maintenant que les lisses (11) ont reçu les fils, jl faut passer les bouts de chaîne à travers le ros (12) avec la passette (20). Cela s'appelle piquer en ros.

Nous commençons au centre du ros et nous passons le bout qui est dans la lisse 1, qui indique le centre exact des lisses dans leur position sur les lames. On pique ensuite à gauche le fil qui est dans la lisse 2, puis celui de la lisse 3, puis celui de la lisse 4. Le procédé continue; toujours passer le fil voisin à gauche de celui qu'on vient de piquer, jusqu'au dernier fil.

A partir encore une fois du milieu, passer le premier bout à droite de la chaîne dans le milieu du ros. Ce bout se trouvera dans la lisse de la lame 4. Continuer à droite, piquer les bouts en ordre, 3, 2, 1, selon leur position dans les lames. Puis recommencez à 4 et continuez de la manière ci-dessus jusqu'à la fin.



A mesure que les groupes de 15 à 20 fils traversent le ros (12), on les attache ensemble à noeud lâche pour les empêcher de sortir du ros par accident.

Revenons un moment au piquage. Nous supposons qu'on a pris soin de ramasser les bouts dans l'ordre où ils apparaissent devant les lisses, afin qu'ils ne se croisent pas entre la boucle de la lisse et le ros. 11 faut aussi veiller à ne pas oublier de peu et à ne pas piquer deux fils dans le même peu. Car il y aurait là erreur, et le seul remède consisterait à repiquer les bouts.



Une fois le piquage terminé, on peut commencer l'attachage des bouts de chaîne à la baguette de l'ensouple d'avant (31).

Un par un, à mesure de leur venue, on passe les paquets d'environ 15 fils de chaîne autour de la baguette, on les égalise par les bouts, on les tire assez serrés vers soi et on les attache à double noeud. Ces groupes de fils s'appellent portées.

Pour assurer un bon tissage, il faut tirer et attacher à la même tension les paquets de fils.

Le nouage apparaît clairement dans cette figure et dans la suivante.



Après avoir attaché les bouts, on serre la chaîne en tournant l'ensouple d'arrière d'une dent ou deux avec la manivelle.

A ce moment-là, on passe les doigts à angle droit à travers la chaîne. Toute tension inégale se perçoit aussitôt et, pour y remédier, on détache et rattache les paquets de fils lâches ou trop serrés.



Si l'on regarde sous le métier, on remarque six marches.

Le débutant n'en emploie d'abord que deux, celles du milieu; les autres serviront plus tard pour les tissages plus avancés. Le genre de tissage qui nous intéresse en ce moment s'appelle atabi.

Noter que c'est l'illustration qui est mentionnée à la page "Tissage".

Pour le produire il faut abaisser à tour de rôle:

  1. les lames 1 et 3 ensemble, et
  2. les lames 2 et 4 ensemble.

A cette fin, nous attachons les cordes qui pendent des contremarches 1 et 3 (8) à la courte corde réunie à la marche 3 (compter à partir de la gauche quand on fait face au métier). Les lames 1 et 3 se trouvent déjà liées directement et séparément aux contremarches, et ainsi pour les lames 2 et 4. Les contremarches des lames 2 et 4 sont attachées à la 4e marche. Les deux marches sont désignées respectivement A et 8. Les contremarches s'attachent toujours aux marches par un noeud plat. Vous verrez ce nouage ci-dessous.

Quand on attache le métier, il faut voir que les hauts de toutes les lames et de toutes les contremarches s'alignent de façon exacte; autrement on ne pourra pas obtenir une foule nette. Lorsqu'on baisse la marche A tous les fils du haut de la foule doivent se trouver en alignement parfait, et de même ceux du bas.



La figure illustre clairement comment attacher.

Notez l'alignement parfait de toutes les parties: Poulies (3), lames (7), contremarches (8) et marches (4).

Voici comment se fait le fameux noeud plat ou noeud du tisserand.



Toutes les pièces du métier doivent être gardées en bon état; tous les boulons et les vis, serrés de temps à autre. Le bon entretien assure à la tisseuse un bon fonctionnement et l'absence de difficultés mécaniques.




Cette page fait partie du site "Artisanat pour tous" © (année en cours). Toute utilisation à des fins commerciales, ainsi que l'archivage du site, en tout ou en partie, sont strictement interdits.

Créations Siubhan

Le texte est subjectif. L'auteur ne se tient pas responsable des accidents qui pourraient subvenir en cas de négligence, des erreurs typographiques (ou de traduction), ou de la disponibilité des pages.
Tous les documents sont publiés ici uniquement pour des raisons éducatives et informatives. Aucune permission n'a été demandée ou accordée pour la diffusion, la traduction ou la modification des documents utilisés.




web
analytics